Bank Building
À chacun des deux équinoxes, depuis la promenade de la rue de la Commune, on peut observer le soleil se lever, parfaitement encadré par les pylônes du pont de la ...
L’installation de quatre plaques en acier inoxydable se trouve sur quatre piliers du cloître, à l’entrée de la cour de la Cathédrale Christ Church, sur la rue Union. Chacune de...
L’observateur qui regarde vers le ciel devant l’entrée principale de l’édifice au 1981, av. McGill College voit une pointe de ciel encadré sur trois côtés...
En lire plus En lire plus En lire plus En lire plus Mundus
Place d’Armes
Rue de la Commune
Place de la Cathédrale
Rue McGill College
Conçu et produit par Alison Tett.   Recherche de Louie Bernstein.  Design de Katsuhiro Yamazaki et Sophie Desrosiers.
Ville de MontréalMinistère de l’industrie, du commerce, de la science et de la technologie de QuébecIndustrie CanadaConseil des arts du Canada
Mundus, à son origine, signifiait à la fois le cœur de la cité et l’univers. Ce concept a donné l’élan à la création de quatre installations, dans le centre-ville de Montréal où l’architecture fournit aux visiteurs les lignes de vision astronomique pour observer les étoiles.
« Ils donnent à cette fosse le nom de mundus, le même qu’aux cieux. Puis on traça autour de ce centre l’enceinte de la ville, en lui donnant la forme d’un cercle. »   - Plutarque
Summer Triangle/Triangle estival dessin de Katsuhiro Yamazaki; carte des constellations circumpolaires d’après James Middleton, dans Celestial Atlas (1842); dessin de l’édifice New York Life Insurance de Katsuhiro Yamazaki; photo de Polaris en lumière, de Steve Bilodeau Balatti; photo d’un lever de soleil à l’équinoxe de Louie Bernstein; photo de l’nstallation Quatre saisons d’Elliot Selick; photo du 1981 McGill College, d’Elliot Selick.
Chaque soir, une carte du ciel du XIXe siècle apparaît en projection lumineuse sur le pavé de la place d’Armes. Sur la carte on peut voir le premier gratte-ciel de ...